Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Basdanc-Obs
  • Basdanc-Obs
  • : Basdanc-Obs parle de tous, du domaine de la santé aux activités professionnelles, de Clips, d'Humour ... Avertissement: Basdanc, Awigahelle et Vayaly sont des noms dont je suis l'auteur!!! Évitez de les utiliser comme pseudo ou autre. Merci. BASDANC a 14 ans (2000) Awigahelle a 7 ans (2007) Vayaly a 3 an (2011) d'existences. Soyez inventif cessez de copier. Nous en remerçions
  • Contact

Basdanc Obs - traduction

Im Translator, Online translator, spell checker, virtual keyboard, cyrillic decoder

Rechercher

Archives

Il y a actuellement personnes connectées à Over-Blog dont sur le blog Basdanc Obs
/ / /


Les gens de ma race devraient publier leur terres de mémoires. Après bien des années de déchirement, après biens des accrocs et toute une possession d'orage, L'amour a triomphé. Il est comme un coeur qu'il faut laisser battre tout en le préservant des atteintes de l'orage.

C'est un voyage longtemps rêvé que j'ai entrepris et que je continue. Si j'avais été seule, je n'en aurai certainement éprouvé ni l'envie, ni le courage. Je cherche ce que je n'ai jamais cessé de chercher. Angoisse du jour promis, nostalgie de celui qui s'éloigne, regrets, remords, etc... Je ne découvre guère que des raisons de m'accuser. Et parce que l'expérience m'a enseigné que les lieux n'ont d'avantage que moi le pouvoir de retenir le temps. Ainsi s'explique peut-être mon éternel errance, déconcertante pour ceux qui me croient enraciné, insupportable à ceux qui m'aiment et me voudraient à jamais au près d'eux. Je sais que bien des foyers s'éteignent lorsque s'en va celui qui y portait le bois, mais il advient parfois que la chaleur de l'âtre s'éloigne, ceux la même pour lesquels elle se fait plus douce. Comme le savent souvent tous les amoureux, une larme douloureuse peut déformer une image bien d'avantage encore que les plus tortueux des torrents. Je me suis toujours demandée si le véritable amour n'est pas l'un de mes plus beaux joyaux de mon héritage. C'est sans doute pourquoi mon rêve s'y installe  avec tant de liberté, c'est sans doute pourquoi j'y retrouve si vivant le souvenir d'un temps que je n'avais jamais connu. Et puis beaucoup plus loin sur d'autres rivages naîtront encore d'autre échos. Je porte leurs blancheurs, leurs ombres et leurs éclats au plus chaud de mon coeur. je n'ai pas la souvenance de la haine, enfin ....

Les êtres qui sont sortis de ma vie parce qu'ils m'ont trahi, finissent toujours par reprendre place en moi. Ceux que j'ai pu trahir, ou peiner, ou blesser d'une quelconque manière sont sans doute les plus profondément gravés dans ma mémoire sensible. Mais je suis ainsi faite, qu'il me faut toujours marcher vers d'autres neiges, vers d'autres rivages. J'ai lutté le souffle court ivre d'espace,  j'ai laissé me gagner la force du Fleuve Dieu ou du Fleuve Démon. Même si c'est à la dérive que je vais la tendresse n'exclut point la douleur, pourtant plus je me rapproche de la falaise qui me renvoie l'écho de mes rires et de mes plaintes, plus se renforce en moi la conviction profonde que ce à quoi les hommes de cette espèce tiennent le plus ce sont précisément ces blessures jamais renfermées, et que le  moindre souffle d'un souvenir peut faire saigner. J'aurai mauvaise grâce à le nier.


Plus j'avance, plus se fortifie en moi la nécessité de ne point mêler mon existence à celle de ma famille. Question de goût personnel de pudeur peut-être? M'y suis-je jamais tout à fait intégré?  S'intègre t-on sans réserve à un milieu où l'on est pas fait pour être avec eux? Même lorsque je fus visité par la vision du suicide pour la première fois dans ma quatorzième année, une petite lueure veillant sur moi pour me dire qu'il était impossible que le tunnel ne débouchât pas un jour sur la lumière. Et c'est à partir de cette maigre lueure que je me bâtissais des cités des espaces infinis de soleil et de vent. Et je poursuivais ma route telle que je l'entends jusqu'à ce que la mort décide enfin de me prendre.

ALLEZ VERS LE HAUT

Partager cette page

Repost 0
Published by